Cheratte au hasard Index du Forum

Cheratte au hasard
Forum de retrouvailles des anciens et actuels habitants de Cheratte et de tous les amoureux de son patrimoine à sauver et à restaurer.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

MARCEL LEVAUX

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Cheratte au hasard Index du Forum -> CHERATTE AU HASARD -> Personnages de Cheratte
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jacques Chevalier
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2012
Messages: 135

MessagePosté le: Sam 29 Sep - 15:26 (2012)    Sujet du message: MARCEL LEVAUX Répondre en citant

 
Article de LA MEUSE

Vendredi 8 juin 2007   



Élève par sa grand-mère à Souverain/Wandre, il est venu rejoindre sa maman à Cheratte-haut alors qu'il avait 8 ans. Après ses classes primaires, il poursuit ses études à l'Institut technique de Herstal et, à 15 ans, commence à travailler dans un atelier de mécanique de Herstal. Il y travaillera 4 semaines avait d'être engagé comme ouvrier polyvalent au chantier naval de l'île Monsin. C'est à cette époque que, sous l'influence de son ami Gérard Spits, il adhère au Parti Communiste, alors clandestin.
Actif au sein de la résistance, il participe au hold-up de la poste de Visé. On le voit, le 1er mai 44 arborant sur la belle fleur de cheratte, le drapeau belge et l'emblème soviétique pour les prisonniers russes travaillant au charbonnage. Après la libération, il fera son service militaire en Allemagne, comme volontaire de guerre.
Puis, il reprendra son emploi au chantier naval et débutera dans l'action syndicale. En 1950, il entre à temps plein au bureau du Parti Communiste. Et il accumule les fonctions: président-fondateur du Mouvement pour la Paix, secrétaire de la Fédération liégeoise, directeur politique du journal le Drapeau Rouge puis parlementaire. Députe en 1958, il siégera durant 5 législatures. En 1971, il sera bourgmestre de Cheratte puis sera conseiller communal de la nouvelle entité de Visé dès 1977 et pour 12 ans.
Toute sa carrière, Marcel Levaux avouait qu'il la devait à son épouse, Maria Krawezyk. Polonaise d'origine, Maria rêvait de vacances à la Côte d'Azur. Mais chaque fois, elle se retrouvait avec Marcel... dans les Pays de l'Est. Ils ont eu une fille: Jocelyne et deux petits-fils: Jonathan et Janek


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 29 Sep - 15:26 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jacques Chevalier
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2012
Messages: 135

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 20:28 (2012)    Sujet du message: Un hommage de ses camarades du CARCOB Répondre en citant

Marcel LEVAUX était né à Liège le 19 juillet 1926, dans une famille ouvrière sans opinions politiques affirmées. Marqué par l'enseignement patriotique reçu tant de l'instituteur communal que du curé de Souverain-Wandre et aussitôt sorti, en 1941 à l'âge de 15 ans, de l'École technique provinciale de Herstal pour devenir apprenti au Chantier naval de Liège-Monsin, il veut y défendre sa patrie contre l'occupant nazi. C'est ainsi qu'il entre en contact avec le comité de lutte syndicale (CLS) clandestin de cette entreprise et, à travers lui, avec les militants communistes.

 
 
 
 
 
 
Adhérent au Parti en février 1942, il milite activement dans la résistance, à travers la diffusion de la presse clandestine, l'action syndicale et le renseignement. Membre de l'Armée belge des Partisans à la Libération, il s'engage comme volontaire de guerre au début de 1945 pour participer à la phase finale de la guerre et aux débuts de l'occupation de l'Allemagne. Pour son action dans la résistance et dans la libération de l'Europe, Marcel LEVAUX a été décoré de la médaille du Volontaire de guerre 1940-1945, de la Médaille d'Auxiliaire de 2e classe du Service de Renseignement et d'Action, de la Médaille commémorative de la guerre 1940-1945 avec deux éclairs entrecroisés, de la Médaille de la Résistance et de la Décoration militaire de 2e classe.
Revenu en région liégeoise en 1946, Marcel LEVAUX reprend ses activités professionnelles de traceur au Chantier naval, ainsi que ses activités syndicales à la Centrale des métallurgistes de la FGTB (il sera délégué syndical) et ses activités politiques à la section de Cheratte du Parti Communiste. Il contribue aussi à la création et à l'action des sections de Blégny, Housse, Wandre et Saint-André. Son activité débordante, sa formation théorique d'autodidacte acquise par une pratique énergique de la lecture, lui valent d'entrer au comité de la Fédération liégeoise du PCB dès 1947. Cette même année, il entre, comme traceur toujours, à la section trolleybus et motos de la Fabrique Nationale de Herstal, dont il est secrétaire politique l'année suivante, alors que la répression patronale s'abat sur la majeure partie des militants communistes de l'entreprise. Seul communiste encore en place dans sa section en 1949, il continue de militer par la diffusion du Drapeau rouge, par l'action syndicale et par la participation aux luttes anti-léopoldistes. Il le paye d'une brève période de chômage après laquelle il entre dans une chaudronnerie de Chênée, dans laquelle il travaillera jusqu'en 1951 date de son mariage avec Maria Krawezyck, jeune couturière de Cheratte d'origine polonaise (dont il aura une fille), et de son admission dans le cadre permanent du secrétariat national d'organisation du PCB-KPB.
Marcel LEVAUX milite alors aussi à l'Union Belge pour la Défense de la Paix, créée suite à l'Appel de Stockholm lancé en 1950. Il participe à toutes les luttes du mouvement de la paix et du Parti communiste. En 1957, il est élu membre du Comité central du PCB-KPB et devient en même temps le responsable national de la Jeunesse Communiste de Belgique. Dans ce cadre, il participe à la lutte des Congolais pour l'indépendance, grâce à l'amitié qu'il a nouée avec Patrice LUMUMBA, futur premier Premier ministre du Congo indépendant. En 1963, Marcel LEVAUX revient à la direction nationale du PCB-KPB, entre au Bureau politique du parti et devient secrétaire national à la propagande. Trois ans plus tard, à l'issue du 17e congrès du PCB-KPB, il est nommé directeur politique du Drapeau Rouge, fonction qu'il assume jusqu'en 1968. Élu cette année-là, lors des élections législatives du printemps, député suppléant de Liège, il est appelé à remplacer à la Chambre, le 22 octobre 1968, le président du PCB-KPB et député de Liège, Ernest BURNELLE, décédé durant l'été. Devenu en 1969 secrétaire politique de la Fédération liégeoise du parti, Marcel LEVAUX est élu conseiller communal PCB de Cheratte en octobre 1970 et est nommé, en avril 1971, bourgmestre de sa commune à la tête d'un collège tripartite, fonction qu'il assumera jusqu'à la fusion des communes de 1976, pour le plus grand bien et avec la reconnaissance de la population et de ses concurrents politiques. Au Parlement (et également au Conseil culturel de la Communauté culturelle française à partir de 1972), il intervient souvent et dépose plusieurs propositions de loi, sur les droits syndicaux, les lois sociales, la fiscalité et les finances communales. Celles dont il sera le plus fier et pour lesquelles il ne cessera de lutter, dans puis hors du Parlement, sont relatives à la durée légale du travail et aux droits de vote et d'éligibilité des immigrés. Durant sa dernière mandature (1978-1981), il est par ailleurs président du groupe parlementaire PCB-KPB et siègera brièvement (1980-1981) au Conseil régional wallon créé par les réformes institutionnelles de 1980.
Au sein du PCB-KPB, la Fédération liégeoise dont il est un des principaux dirigeants s'était retrouvée dès le début des années 1970 dans une attitude critique vis-à-vis des positions défendues alors par la majorité du Comité central du PCB. Marcel LEVAUX n'est pas réélu au Bureau politique et au Secrétariat national en 1973 (il ne retrouvera le BP qu'en 1986). En 1976, lors des premières élections aux conseils des communes fusionnées, il est élu membre du Conseil communal de la ville de Visé et le restera jusqu'aux élections de 1988. Entre-temps, il est devenu président de la Fédération liégeoise du parti. À partir de 1977, en ses doubles qualités de parlementaire et de président de la fédération, il est le porte-parole du PCB lors des Fêtes annuelles du Peuple fouronnais.
La fédéralisation progressive du PCB ayant donné naissance à des instances propres pour les fédérations wallonnes et francophones, Marcel LEVAUX est membre des Conseil, Bureau et Secrétariat wallons et francophones du PCB de leur constitution (1983) à leur remplacement par les organes du Parti Communiste (de Wallonie et Bruxelles) en 1989. De 1989 à 1995, il est par ailleurs membre du Conseil général et du Bureau de l'Union des Communistes de Belgique, en même temps qu'il est invité permanent et membre honoraire du Bureau politique du PC. Ses derniers mandats, de membre du Comité central du PC et de président de la Fédération liégeoise, avaient pris fin en 1998. Retraité actif et toujours militant depuis, Marcel LEVAUX avait continué son combat en faveur de l'attribution du droit de vote et d'éligibilité pour les immigrés. Il avait soutenu, en 2000, ceux de ses camarades liégeois qui avaient figuré sur les listes PS à Liège et à Visé. Il avait fêté ses noces d'or cette même année.
Marcel LEVAUX aura également été un passionné de lecture et d'action culturelle. Il a joué un grand rôle dans la Fondation Joseph Jacquemotte, qu'il présida durant plusieurs années. Il était enfin l'un des membres fondateurs, en décembre 2000, du Centre des Archives Communistes en Belgique asbl et lui avait légué une importante bibliothèque et de précieuses archives.
Grand humaniste, grand démocrate, grand militant, Marcel LEVAUX laissera le souvenir d'un homme aux convictions chevillées au corps et à l'humanité débordante, cultivant l'art d'être grand'père. La maladie d'Alzheimer, qui l'avait frappé depuis quelques années, aggravée par la disparition de son épouse à l'automne dernier, nous l'enlèvent. Mais son souvenir et son exemple demeureront.
 
 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
Le Conseil d'administration, le Conseil scientifique et le personnel du Centre des Archives Communistes en Belgique asbl 
Le 8 juin 2007. 


Revenir en haut
Jacques Chevalier
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2012
Messages: 135

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 20:31 (2012)    Sujet du message: Divers hommages à Marcel Répondre en citant

Bonjour,
J’ ai appris, avec tristesse, le décès de Marcel LEVAUX. Notre région et la gauche wallonne perdent un militant exemplaire. J’ ai eu la chance de le croiser à plusieurs reprises dans l’ exercice de ma profession. C’ était un homme simple, lucide, dévoué à la cause des travailleurs et des opprimés. Je garderai de lui le souvenir d’ un inlassable résistant. Toute sa vie en effet il a résisté à toutes les formes d’ exploitation. Libre, convaincu, il fut et restera un exemple pour tous les démocrates épris de justice sociale et d’ égalité réelle.
Edmond Blattchen
Journaliste
Liège.

Nous saluons la mémoire du camarade Marcel Levaux
R.Chatel, Parti communiste français, section hors de France

Les communistes viennent d'apprendre, avec tristesse, le décès dans sa 81e année du camarade Marcel LEVAUX, ancien dirigeant du PCB-KPB, ancien député de Liège, ancien bourgmestre de Cheratte de 1971 à 1976.

Homme de convictions fortes, Marcel Levaux a été, comme militant du Parti Communiste et comme élu à la pointe de nombreux combats sociaux et démocratiques aux côtés de la classe ouvrière.

Nous retiendrons parmi ceux-ci la lutte pour la promotion des droits syndicaux,celle pour la diminution du temps de travail et celle pour une fiscalité plus juste. Marcel Levaux fut aussi un pionnier dans le combat en faveur de l'extension du droit de vote aux étrangers vivant sur notre sol. Il fut, au début des années 70, l'un des premiers parlementaires à déposer une proposition de loi dans ce sens ; allant courageusement à contre-courant de préjugés indignes d'une démocratie. Il n'eut de cesse de poursuivre ce combat jusqu'à ce que des avancées surviennent enfin, il y a quelques années à peine.

Esprit libre, Marcel pouvait faire sien l'aphorisme d'Achille Chavée être "un
vieux peau-rouge qui ne marchait jamais dans la file indienne". Le Parti
Communiste peut s'enorgueillir d'avoir compté en son sein un militant, tel
Marcel Levaux.

Le Bureau politique du Parti Communiste ainsi que tous les militants de notre parti s'inclinent avec respect devant sa mémoire et présentent à sa famille leurs fraternelles condoléances.

envoyé par la Fédération Liégeoise du Parti Communiste

- Chers camarades,

Ce que je retiens de Marcel, que je n'ai rencontré que trop rarement, c'est qu'il avait des qualités humaines et politiques immenses.
Malheureusement il les a jetées par la fenêtre en nous quittant lorsqu'il apportait son soutien à un Parti Socialiste dont il connaissait pourtant les défauts, mieux que la plupart d'entre nous.
Ne soyons pas hypocrites : laissons les oraisons funèbres à ceux qui lui sont -si peu- reconnaissants du soutien qu'il leur a apporté à la fin de sa vie militante.

Léo TUBBAX

bonjour Jacques!
comme tu vois j'ai un suivi de mes mails assez sporadique...
Mais il me tient à coeur de répondre à celui-ci...
Je ne connaissais pas bien Marcel Levaux, mais je sais que c'était un homme de valeur et que, puisqu'il était un de tes camarades, je tiens à te faire part de mes très sincères condoléances, ainsi qu'à tous ceux qui l'ont connu et apprécié.
Avec toute ma sympathie,
Christiane BISQUERET

Merci de transmettre mes sentiments de tristesse et de sympathie à la
famille de Marcel dont le parcours fut d'engagement, de rectitude et
d'amitié.

France Truffaut


Bonjour,
je ne peux malheureusement être présente demain matin à la cérémonie d'hommage, pour raison professionnelle (examens...).
Mais par ce message, je tiens à témoigner de mon admiration, depuis longtemps, pour Marcel Levaux.
Sa biographie fait chaud au coeur et donne du courage au lendemain de ces élections!
En espérant que nous poursuivrons longtemps son combat, tous ensemble!
Je ne connais pas ses proches, mais transmets toute ma sympathie à tous ceux qui l'ont entouré...
France Arets

Même si je ne suis pas allée à "l'enterrement de Mr Levaux", j'ai envie de te communiquer combien le décès de ce Monsieur me peine. Je l'avais rencontré avec toi et j'ai compris combien cette personne a été utile pour l'"Humanité".
Je pense à mon grand père maternel qui a souffert de "déportation" pour avoir été jugé comme socialiste "communiste", pendant la guerre. Tu sais que mon grand père en est mort 2 ans après son retour.
Il me reste dans la gorge un sentiment de honte par rapport aux croyances pour lesquelles ils se sont battus.
Marcel est mort comme le parti socialiste de ce moment.
Il est grand temps de prendre la relève de ces hommes HONNETES !
Je n'ai pas eu le courage d'aller à son enterrement avec pour voisins ces emblèmes d'une gauche incestueuse que je dégueule.
Bisous
Edith WERIS

Message nous transmis par la Fédération de Liège du PC :


Bien sûr qu'il n'était plus tout jeune, mais apprendre sa mort m'attriste énormément.
On ne devrais jamais parler au passé d'un militant comme lui. C'est un ancien... dirigeant, député... bourgmestre... certes.
Mais c'était surtout un homme de conviction. Honnête. Militant. Il m'a beaucoup impressionné.
Je lui dit merci. En grands caractères. Et en rouge.
Freddy INGENITO.

Message nous transmis par la Fédération Liégeoise du PC :

Chers camarades,
je viens d'apprendre avec tristesse le décès du camarade Marcel Levaux.
Le PC, et particulièrement la Fédération Liègoise perd en lui un camarade qui a lutté toute sa vie pour la justice sociale, la démocratie et la paix.
Mes sincères condoléances aux camarades et à la famille de Marcel.
Salutations fraternelles,
Michel Vanhoorne
09 222 40 33
0497 57 94 59



Message nous transmis par la Fédération Liégeoise du PC :

Notre condoléances aux camarades et à la famille du camarade Marcel Levaux.

Jaak Perquy, politiek secretaris KP



HOMMAGE A MARCEL LEVAUX

Marcel nous a quitté, il est parti rejoindre Maria sa « Polonaise », sa tendre épouse qui a partagé la vie de cet homme d’exception.
Est-ce le fait d’avoir connu une enfance dénuée de tout confort; est-ce le fait d’avoir eu une adolescence perturbée par la guerre et qui l’ a poussé à prendre ses responsabilités comme jeune résistant ; est-ce le fait d’avoir été le témoin de l’arrestation et de la disparition de son ami Serge Krawezyk; est-ce le fait d’avoir côtoyé ces hommes ,qui combattaient le nazisme et défendaient la thèse d’un monde plus égalitaire, plus juste, plus solidaire; est-ce toutes ces expériences qui ont fait de lui un homme remarquable vouant sa vie à se mettre au service des autres et plus particulièrement des moins nantis .
Afin de prolonger son combat et après avoir joué un rôle prépondérant durant les tumultueuses années 60( indépendance du Congo, les grandes grèves,…) il a continué à gravir les échelons pour finalement occuper une place de parlementaire, particulièrement actif, durant 5 législatures et devint également bourgmestre de Cheratte de 1970 jusqu’aux fusions de communes en 1976.
C’est dans cette période que j’ai pu apprécier ses innombrables qualités.
Ses déplacements au volant de sa Diane pour se rendre à Bruxelles au Parlement, sa petite maison « de poupées » (comme aimait l’appeler mon épouse), ses présences sur chaque chantier afin de veiller à la bonne marche des travaux et écouter les doléances de ses concitoyens resteront marqués dans la mémoire des Cherattois.
En 1994 ,lorsque Marcel m’a incité à lui succéder au Conseil Communal de Visé, cela m’a tout d’abord un peu effrayé car comment remplacer un homme d’une telle valeur, mais cela m’a également rempli de fierté pour la confiance qu’il voulait m’accorder.
Armé de ses précieux conseils, il m’a surtout convaincu de rester moi-même , de d’abord apprécier les qualités de ses interlocuteurs plutôt que de vouloir absolument ne retenir que leurs défauts et cela y compris pour les adversaires politiques.
Autre qualité, rare chez les politiques, c’était de reconnaître les erreurs du passé et d’en tirer les leçons pour aborder l’avenir de meilleur façon. C’est sans doute ces raisons qui en ont fait un homme de dialogue et un homme qui inspirait le respect de tous.
Le plus grand regret de Marcel sera certainement de ne pas avoir vu, de son vivant, une évolution tangible dans le dossier du Charbonnage, car ce bâtiment, remarquable qui plus est, constituait pour lui le véritable symbole de son village et devrait devenir un édifice en hommage aux hommes et aux femmes qui y ont travaillé et qui y ont souvent laissé leur santé voire leur vie.
Marcel était pour moi plus qu’un ami, plus qu’un modèle d’homme politique, plus qu’un voisin sympathique et serviable, c’était un homme de confiance qui savait rassurer, déminer les conflits, conseiller sans imposer; bref un véritable confident.
A sa famille, et particulièrement à sa fille Jocelyne ,son beau-fils Totor et ses petits enfants Janek et Jonathan, je présente mes condoléances en m’excusant de l’avoir si souvent accaparé.

UN HOMME NE MEURT QUE LORSQUE IL TOMBE DANS L’OUBLI.
CELA NE RISQUE PAS D’ARRIVER A MARCEL CAR IL RESTERA TOUJOURS PRESENT DANS LA MEMOIRE ET DANS LE COEUR DE NOMBREUX CHERATTOIS, VISETOIS, WALLONS ET INTERNATIONALISTES.

AU REVOIR MARCEL


FRANCIS THEUNISSEN


Revenir en haut
Jacques Chevalier
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2012
Messages: 135

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 20:34 (2012)    Sujet du message: Hommages Marcel (suite et fin) Répondre en citant

Ce 12 juin, nous nous sommes retrouvés au Funérarium pour le départ de Marcel vers son au-delà...Quelques vieux "camas" étaient présents pour lui ouvrir le chemin, mais nous avons quand même déploré l'absence de nombreux politiques-amis-si ce n'est Francis Theunissen qui lui était très proche et Cédric Papagéogiu, passé en vitesse avant d'aller passer ses examens scolaires obligatoires...Heureusement que Pierrette Cahay était là accompagnée de Viviane Dessart, ainsi que notre Bourgmestre, Monsieur Neven, qui l'a accompagné à Robermont où il a fait un très beau discours, sensible et respectueux...suivi par Jules Pirlot et Francis Theunissen, j'étais très émue...
Nous y avons aussi retrouvé Ernur Colak, ainsi que de nombreux représentants des mouvements de lutte anti-capitaliste et syndicale dont les proches de Marcel...JE me permets de déplorer l'absence de représentants officiels d'un parti de "gauche" de Visé qui en dehors des campagnes électorales restent décidément fort absents de toutes les "manifestations" Populaires et Humaines, funérailles y compris qui se déroulent sur notre "entité".
Je pense que Marcel ne méritait pas si peu de considération! Mais...les valeurs se perdent...
Bon voyage, Marcel et à bientôt dans un coin rempli d'oeillets et de drapeaux rouges flottants au vent de l'Amour Universel...Prépare-nous le chemin, je crois que tu vas y retrouver des gens bien...Un petit bout d'Honnêteté quitte la terre...Nous te promettons de continuer à te faire honneur ici...

Myriam Piron


Chers Camarades,

Merci pour la belle notice sur Marcel Levaux. Je l'ai connu, c'était un grand homme et un homme de bien. C'est un exemple pour tous les communistes. Un exemple autour duquel nous devons nous unir.

Fraternellement.

Robert Halleux




Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:11 (2017)    Sujet du message: MARCEL LEVAUX

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Cheratte au hasard Index du Forum -> CHERATTE AU HASARD -> Personnages de Cheratte Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com